mardi 4 juillet 2017

Müller est sorti. Préparez-vous au pire



par Christopher A. Ferrara
SOURCE : Fatima Network Perspectives
Le 29 juin 2017

Ainsi, avec une prévisibilité ennuyeuse, le Cardinal Müller a été renvoyé comme Préfet de la Congrégation pour la Doctrine de la Foi—— — presque littéralement sur le coup de minuit le jour où son mandat de cinq ans comme préfet expirait. Il n'y a pas de précédent pour ne pas renouveler le mandat d'un responsable de la CDF qui n'a pas atteint l'âge de la retraite de 75 (Müller a seulement 69 ans).

Le remplacement de Müller est l'ancien CDF Secrétaire, Mgr Luis Francisco Ladaria Ferrer, Jésuite nommé par le Pape Benoît XVI. Alors qu’il n’est peut-être pas un idéologue Moderniste flamboyant, on peut certainement compter sur Ladaria pour donner suite aux demandes du Pape qui est aussi un Jésuite et qui a clairement fait savoir son intention d'imposer des « réformes irréversibles » sur l'Église dans une grande hâte, compte tenu de son âge avancé.

L'auteur de cet éditorial est Monsieur Christopher A. Ferrara. Monsieur Ferrara est avocat de profession. Il agissait aussi comme collaborateur principal de Feu Père Nicholas Gruner, fondateur du Centre de Fatima, Fort Érié, Canada et ayant aussi des installations à Rome. Il est chroniqueur dans plusieurs autres sites catholiques dont Le Remnant Newspaper.

À cet égard, et c’est tout à fait inquiétant, Ladaria se trouve être à la tête de la commission manifestement subversive du Pape Bergoglio constituée pour « étudier » — lisez : trouver une façon détournée d'autoriser — la nouveauté des femmes « diacres » dans l'Église.

L'organe Moderniste Jésuite America est très heureux de la nomination de Ladaria exultant à l’effet qu’ : « Il est destiné à une portée considérable de conséquences, et non la moindre qui est d'assurer que la C.D.F. et son Préfet rament à l’unisson et non contre le Pape sur les questions clés, y compris l'interprétation de « Amoris Laetitia [ à savoir, la Communion pour les adultères publics ], la synodalité et la coopération avec la Commission pour la protection des mineurs ».

Et les diaconesses. Et la « réinterprétation » — lisez : le renversement — de Humanae Vitae. Et la nouvelle liturgie « œcuménique » à être célébrée conjointement avec les Protestants. Et toute autre chose que le Pape Bergoglio voudrait imposer à l'Église, mais toujours de la même manière ; c'est-à-dire, sans oser engager l'autorité de la fonction du Pape qui serait associée à un ordre de déroger à la Tradition, mais plutôt de laisser son intention être connue par ses subordonnés triés sur le volet avec des actes qu’il pourrait nier de façon plausible alors que les « conservateurs » désespérés soutiennent que le Pape a été mal interprété. En bref, exactement comme le Pape Bergoglio a justement fait avec Amoris Laetitia.

Je suis d'accord avec Roberto de Mattei que la stratégie « de confinement » du Cardinal Müller concernant les avancées du Bergoglianisme ne contenait rien mais a seulement permis aux dommages de se propager. En prétendant que rien n'était de travers avec Amoris Laetitia ; en récitant pieusement l'enseignement traditionnel de l'Église dans des interviews de presse tout en refusant de reconnaître que cet enseignement traditionnel était attaqué directement par le Pape et ses hommes de main ; en ne soutenant pas non seulement les Quatre Cardinaux des dubia, mais au contraire à les jeter sous les roues du train express Bergoglien, Müller termine en étant pire que rien d’autre en ce qui concerne la défense des Doctrines de la Foi.

Comme nous rappelle sagement de Mattei : « La leçon de l'histoire est que celui qui ne se bat pas pour ne pas perdre, après l'échec, il connaîtra la défaite ». Et maintenant, humainement parlant, les Doctrines de la Foi sont à la merci d'un Pape qui — assez incroyable — a passé les quatre dernières années à rabaisser la fidèle orthodoxie Catholique et un Préfet de la CDF qui fera tout ce que le Pape lui dit de faire.

Préparez-vous au pire. Mais espérez et priez pour le meilleur, nous souvenant de la consolation donnée par Notre-Dame du Bon Succès, compte tenu de l’époque du 20ème siècle à venir caractérisée par l'hérésie et la confusion :

« Pour rendre les hommes libres de l'esclavage de ces hérésies, ceux que l'Amour Miséricordieux de Mon Très Saint Fils destinera pour cette restauration auront besoin d'une grande force de volonté, de constance, de courage et de confiance en Dieu. Pour éprouver cette Foi et cette confiance chez les justes, il y aura des occasions où tout semblera être perdu et paralysé. Ce sera alors l’heureux début de la restauration complète ».